Archives de l’auteur : chaumard

Aire Marine Educative : Acte 2 : Le Conseil des Enfants de la Mer

Dans le cadre de l’Aire Marine Educative, un Conseil des Enfants de la Mer a été mis en place.

Composé de l’ensemble des élèves de la classe de 6e 7, ce Conseil est appelé à se réunir autant de fois que nécessaire, dirigé par un Président élu, assisté de secrétaires et de modérateurs du temps de parole, il s’est réuni pour la 1ère fois le 10 octobre.

A cette occasion, le Conseil des Enfants a validé le site géographique correspondant à l’AME et adressé une lettre (dont vous trouverez copie ci-dessous) à Monsieur le Maire afin de lui demander l’autorisation de travailler sur cette Aire.

Lettre M le Maire complète

Télécharger (PDF, 773KB)

Le Conseil a d’autre part définit ce que seraient les grandes orientations de l’AME pour l’année à venir :

  1. le nettoyage et la propreté de l’AME
  2. L’information du public

Ces objectifs seront développées et les modes d’action afin de les atteindre précisés lors des prochains Conseil des Enfants de la Mer.

Aire Marine Educative : Acte 1 : présentation

Photo publiée dans le journal Nice-Matin du 6 septembre 2019

Le 5 septembre, en présence de M. le Recteur et de M. l’Inspecteur d’Académie, a été présentée, à l’occasion de la rentrée 2019 dans l’académie, aux élèves de la classe de 6ème 7 le projet d’AME (Aire Marine Educative) qu’ils vont devoir construire tout au long de l’année scolaire.

A l’initiative de M. VILLAR (professeur de SVT), ce projet doit aboutir à une demande de labellisation d’ici la fin de l’année.

Vous trouverez ci-dessous  l’article que Nice-Matin a consacré à cette présentation.

Télécharger (PDF, 177KB)

 

Improbabilité inventive de l’inventorium

Les élèves des classes de 6ème de Mme BOUILLAUD, enseignante émérite et méritante d’Arts Plastiques (bien connue des collectionneurs de drosophiles melanogasters), ont été invités à inventer (et inversement) des objets qui n’existent pas encore (mais cela ne saurait tarder) et qui pourraient être très utiles au quotidien de l’élève normalement constituée.e.

 

 

 

 

Le résultat de leur travail et de leur inventivité est à voir contempler au Musée Chaumard (marque déposée), CDI du collège Port-Lympia, du 4 février au 25 mars 2019. La visite est gratuite et une réduction sera accordée aux familles nombreuses.

… à la réalisation en 3 D

D’un croquis accompagné d’une notice explicative…

Gaston Lagaffe, par Franquin*

Interrogé à propos de cette exposition Internationale, le célèbre inventeur Gaston Lagaffe (héros sans emploi bien connu de nos lecteurs) nous a déclaré d’une voix forte et sonore :

 

 

 

Franquin*

Cette explosion exposition devrait faire du bruit “, a t-il rajouté !

 

Pour la visite de l’exposition, merci de vous adresser au facteur Chaumard :

 

 

 

 

 

Attention ! aucune prolongation n’est prévue.

*Nous espérons que les ayants-droits de Franquin ne prendront pas ombrage de ces emprunts respectueux.

Faulas de Ribassièra 2019 : un spectacle présenté par Lou Pichin Teatre de Barba Martin

Mercredi 30 janvier M. Pallanca, professeur de Nissart, et les élèves de la Classa de Tersa 4 Oucitan-Nissart dou Coulegi Pouort Limpia (Classe de 3e4 Occitan-NIssart du Collège Port-Lympia)

Miquel de Carabatta / Michel Pallaca présentant le spectacle à venir…

 

ont présenté sur la scène du théâtre Francis Gag le spectacle Faulas de Ribassièra… ou Fables de Ribassière.

Derrière ce titre se cache un hommage à deux auteurs majeurs de la littérature nissarde : Francis Gag d’une part et Janluc Sauvaigo de l’autre.

 

 

Le village de Ribassièra est une invention de Francis Gag qui, pour ses émissions de radio puis de théâtre, a eu besoin de mettre en scène les qualités et les défauts d’une petite comédie humaine, celle d’un village du pays niçois.

Village inventé pour l’occasion et ce afin… de ne froisser personne…

Des élèves attentifs à la leçon prodiguée par leurs enseignants (M. Pallanca et Mme Crigny) ou plutôt les acteurs qui les interprètent

Janluc Sauvaigo, poète, musicien, chanteur et peintre, a publié Faulas de Nissa dans laquelle il condense sa propre vision des mythes dse origines de Nice et des Niçois…

Et à la fin on salue le public

“Liberté, Egalité, Fraternité”

 

 

 

 

 

 

Installée sur la façade du collège, à la demande du Conseil d’Administration, la devise républicaine “Liberté, Egalité, Fraternité” a été dévoilée lundi 18 juin 2018.

A cette occasion une cérémonie a eu lieu dans l’enceinte du collège. En présence de la totalité de la communauté éducative, une chorale sous la direction de M. François FAUVET, professeur d’éducation musicale, accompagnée par plusieurs élèves musiciens, a fait résonner trois couplets d’une Marseillaise, réécrite et revisitée par des élèves de la classe de 6ème3 avec l’aide de leurs enseignantes Mesdames Diane Crigny et Marguerite Schwab :

Nous les élèves de Port Lympia
Nous sommes libres de nous exprimer
Nous Lysa, Thalia, Sabrina
Luca, Johan et Nelya
Nous avons la chance d’étudier
C’est la liberté de penser

Conscients d’être chanceux et heureux
Et d’avoir une vie réussie
Et d’avoir une vie réussie
Allez collégiens
Ouvrez livres et cahiers
Égalité
Fraternité

Et vive la liberté !

Nous les élèves de Port lympia
Nous avons tous les mêmes cahiers
Nous avons tous les mêmes droits
Toi et moi nous sommes tous égaux
Nous marchons tous main dans la main
Nous marchons tous vers l’instruction
Nous resterons toujours amis
Vive l’égalité au collège !!
Vive l’égalité au collège
Allez collégiens
Ouvrez livres et cahiers
Égalité
Fraternité

Et vive la liberté

Nous les élèves de Port Lympia
Nous nous entraidons entre amis
Malgré quelques petits conflits
Toi tu es fort, je suis petit
Je suis bon élève tu ne l’es pas
Moi je cours vite et toi t’es lent
Nous acceptons nos différences
L’union au collège c’est sacré
L’amitié ne se brise jamais
Allez collégiens
Ouvrez livres et cahiers
Égalité
Fraternité

Et vive la liberté

La cérémonie a eu lieu en présence de M. Eric CIOTTI, Dépité, Président de la Commission des finances au Conseil Départemental des Alpes Maritimes et de M. Michel-Jean FLOC’H, Inspecteur d’Académie Directeur des services départementaux de l’éducation nationale.

 

 

A l’issue de cette interprétation la plaque, réalisée par des élèves du collège sous la direction de M. Lionel Giordano, professeur d’Arts Plastiques, et d’Anthony Alberti, artiste plasticien, a été dévoilée sur la façade du collège.

Depuis 35 ans le collège Port-Lympia accueille des élèves déficients visuels et non-voyants. C’est ainsi que la communauté éducative a eu à coeur d’écrire cette devise “Liberté, Egalité, Fraternité” en braille

L’évènement a été relayé par Nice-Matin et Nice Premium

Songe des elfes et des fées

Samedi 10 février les élèves de la classe de 6E3, sous la direction de Mesdames Crigny et Schwab et ma participation de M. Fauvet, pour la partition musicale, et de M. Giardino, pour les costumes, ont participé à la 3ème édition de Shakespeare Freestyle, organisé par le Théâtre National de Nice (TNN) en marge du Festival Shake Nice.

OBERON : “Lorsqu’ une fois j’ aurai le suc de cette plante, j’épierai l’instant où Titania sera endormie, et j’en laisserai tomber une goutte sur ses yeux. Le premier objet qu’ils verront à son réveil, fût-ce un lion, un ours, un loup, un taureau, une guenon curieuse ou un singe affairé, ellele poursuivra avec un cœur plein d’amour ; et avant que j’ôte ce charme de sa vue, ce que je peux faire avec une autre plante, je l’obligerai à me céder son page. Mais qui vient en ces lieux ? Je suis invisible et je veux entendre leur entretien”

 

Initié par Irina Brook ce projet donne la parole à des adolescents de 12 à 18 ans.

Cette années près de 320 élèves issu de 14 établissements du département des Alpes-Maritimes (collèges et lycées) étaient invités avec leur professeur à s’immerger dans une œuvre de Shakespeare [ Le Songe d’une nuit d’été ou Roméo et Juliette, œuvres choisies par Irina Brook, directrice du TNN]

OBERON : Allons, ma chère Titania ; éveillez-vous, ma douce reine. TITANIA : Mon Oberon ! Quelles visionsj’ai eues ! Il m’a semblé que j’ étais amoureuse d’ un âne. OBERON, montrant Bottom : Voilà votre amant. TITANIA : Comment ces choses sont-elles arrivées ? Oh ! comme mes yeux abhorrent maintenant son visage !

Les élèves du collège Port-Lympia ont présenté une adaptation d’un extrait du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare.

 

 

Toute la, petite, troupe sur la scène du TNN …

 

 

 

 

 

et félicitée par Irena Brook

 

 

“Celle que j’préfère, o sia la fachenda dòu XVen Cors”

Cinq més après la repilhada de “La Virgouleta que fa bouqueta”, lou Pichin Teatre de Barba Martin – e la classa de tersa quatre oucitan – es tournat sus lou pountin dòu Teatre Francis Gag per un’autra repilhada : aquela de “Celle que j’préfère, o sia la fachenda dòu XVen Cors”.

L’espetacle èra estat creat en lou 2014, per coumemourà lou principi de la Gran Guerra e avìa autengut lou “Label dòu centenari”. Èra dounca lou cas, lou sièi de febrié dòu 2018, de remembrà ai nissart l’istoria e la mauparada dòu siéu Quinzen Cors d’armada.

“Ange. M’audes ? Pènsou en à tu. I sios tant foutu de la mouort jusqu’oiro. Aspèro-ti d’èstre vièi per ti mourir.”

De fach, se la “Batalha dei tremegna” dòu 1914 es estada un chaple negre per lu sourdat dòu miejour, la respounsabilità maja n’en reven à l’Estat Majour francés e ai siéu estrategìa d’un autre temp. Lou pèjou en aquèu brut’ afaire es que lou Gouvern e la pressa dòu temp an fach pourtà lou pès dòu reves sus lou Xven Cors, e sus la fa-disent vialiacarìa dei sourdat meridiounau.

Cent-quatre an pus tardi, lu escoulan de nissart dòu Limpia an dounca pilhat part à la reabilitacioun de l’ounour dei siéu antenat.

Per escriéure aquela peça, lu magistre Diana Crigny e Miquèu Pallanca, embé lu siéu escoulan, an principalamen chausit de s’apountelà sus de tèstou de la leteratura oucitana e francesa.

“150 Ange 1914” de Pascal Colletta a ispirat lu persounage d’Ange e Marie, lu paisan d’Ilounsa ;“La Légende noire du soldat O”, una peça d’André Neyton, a proun doucumentat la garoulha dòu temp. Georges Brassens, enfin, a regalat la siéu irounìa, la siéu mùsica e lou tìtoulou de l’espetacle.

“Sempre, la vouòstra soucietà vioulenta e caoutica, semblèsse finda en estat de repau, pouòrta en èla la guerra couma la nebla durmilhousa pouòrta la chavana.

Messiùs,

li es basta un mejan d’aboulì la guerra tra lu individùou, es d’aboulì la guerra ecounoumica, lou champoustre de la soucietà presenta, es de sustituì à la lucha universa sus lu prat batalhé, un regime de councorda souciala e d’unità”. Jouan Jaurès

(Didier Daenickx. “Jean Jaurès : “non à la guerre”.  Actes Sud junior, 2009)

 

“Dilun lou 28 de setèmbre 1914

Sièn arribas… Es aqui la guerro ? Es aqui la Franço ? Arribas ? Uno boumbo : un mouort. Ai pensa en’a la maire d’aquel jouve. Naissaou-mouort. A passa dai vèntre de la maire ai vèntre de la terro. Enco sièn entanas coumo lou lebratou’ a pou dai reinart, sien aqui entanas coumo l’agnèl a pou dai loup, sièn aqui entanas coumo l’enfantou’ a pou de la nuech.”

( Pascal Colletta, 150 Ange 1914. 2010 Pitajal Ediciouns)

 

 

Lou gaub dei coumediant a fach lou resta. Après quatr’an de Classa Patrimoni e de nissart lu escoulan soun un pauc en lou siéu au Teatre Francis Gag ! An aquistat una bèla mestresa de la scena e una foga remirabla. Siguèsson toui rengraciat e coungratulat.

Les photos sont publiées avec l’aimable autorisation de M. Rémi TOURNIER. Qu’il en soit, ici remercié.

Embé : Julien DI BATTISTA, Marco CUCCIARE , Malvina DUBRAY-TARTARELLI,Julien DI BATTISTA , Titouan DUCREUX, Alexandre GRANGE DUPUIS, Ruben FESTINO, Brune GIBERT, Chiara IMBERT, Flavien MASSIERA , Fiona MILJKOVIC , Auriane SCIE, Sylvain SUZZONI, Jessie RISSO, Enzo RODRIGUES , lu magistre Diana CRIGNY e Miquèu PALLANCA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos sont publiées avec l’aimable autorisation de M. Rémi TOURNIER. Qu’il en soit, ici remercié.

Accueillons les réfugiés

I Welcome : une campagne mondiale pour protéger et accueillir les personnes !

Plus de 21 millions de personnes dans le monde ont été forcées de tout laisser et de fuir. La moitié sont des enfants.

Jamais depuis 1945, le nombre de réfugiés n’a été aussi important. Ils fuient les violences : conflits, actes de terreur, répression politique, discrimination ou intolérance. Leurs pays sont la Syrie, l’Afghanistan, le Myanmar, l’Erythrée, Soudan du Sud ou le Honduras

D’un côté, il y a les pays qui accueillent le plus grand nombre de réfugiés. Au mieux, ils les tolèrent dans des camps ou les laissent dans des milieux urbains sans soutien et souvent sans papier. Au pire, les réfugiés sont arrêtés, détenus, refoulés…

De l’autre côté, il y a les autres pays, moins nombreux mais avec plus de capacité d’accueil et de protection, parce que plus riches. Les réfugiés ne sont pas les bienvenus, on les laisse prendre des routes dangereuses pour atteindre ces territoires où souvent des murs sont érigés aux frontières.

Dans tous les cas, il y a les discours qui dénigrent les réfugiés, les assimilent à un danger, les transforment en bouc-émissaires de tous les maux, les déshumanisent.” (Source : Amnesty International. I welcome : accueillons les réfugiés)

Du lundi 12 février au lundi 19 mars, le CDI accueille une exposition de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Amnesty International consacrée aux réfugiés dans le monde.

“Celle que j’ préfère…” o sia La fachenda dou XVen cors

“Ange, M’entends-tu ? Je pense à toi. Tu t’es tant moqué de la mort jusqu’à maintenant. Attends d’être vieux pour mourir.”

 

“Toujours votre société violente et chaotique même quand elle est en état d’apparent repos, porte en elle la guerre comme la nuée dormante porte l’orage.

Messieurs, il n’y a qu’un moyen d’abolir enfin la guerre entre les peuples, c’est d’abolir enfin la guerre entre les individus, c’est abolir la guerre économique, le désordre de la société présente, c’est de substituer à la lutte universelle sur les champs de bataille, un régime de concorde sociale et d’unité.” Jean Jaurès (Jean Jaurès : “non à la guerre”, Didier Daenickx. Actes Sud junior, 2009)

Photo Rémi Tournier

A l’occasion du centenaire de la fin de la Grande Guerre, lundi 6 février, sous la direction de Mme Crigny et Maître Pallanca, les élèves de la classe de 3è4 Occitan du Pichin Teatre de Barba Martin  ont  représenté, au Théatre Francis Gag, la pièce : “Celle que j’ préfère…” o sia La fachenda dou XVen cors.

Le titre, “Celle que j’préfère…”, fait référence à une chanson de Georges Brassens.

A travers textes et témoignages les élèves nous ont raconté l’épopée des soldats provençaux, pendant, celle qui devait être, la Der des der, et en particulier du XVe corps.

“Lundi 28 septembre 1914

Nous sommes arrivés… C’est ici la guerre ? C’est ici la France ? Arrivés ? Un obus : un mort. J’ai pensé à la mère de ce jeune. Mort-né au combat. Il est ainsi passé du ventre de la mère au ventre de la terre. Nous sommes entrés dans le ventre de la terre : le levrault a peur du renard. Nous sommes entrés dans le ventre de la terre : l’agneau a peur du loup. Nous sommes entrés dans le ventre de la terre : le petit enfant a peur de la nuit.”

“Ange. M’audes ? Pènsou en à tu. I sios tant foutu de la mouort jusqu’oiro. Aspèro-ti d’èstre vièi per ti mourir.”

“Dilun lou 28 de setèmbre 1914

Sièn arribas… Es aqui la guerro ? Es aqui la Franço ? Arribas ? Uno boumbo : un mouort. Ai pensa en’a la maire d’aquel jouve. Naissaou-mouort. A passa dai vèntre de la maire ai vèntre de la terro. Enco sièn entanas coumo lou lebratou’ a pou dai reinart, sien aqui entanas coumo l’agnèl a pou dai loup, sièn aqui entanas coumo l’enfantou’ a pou de la nuech.”

(Texte tiré de Pascal Colletta, 150 Ange 1914. 2010 Pitajal Ediciouns)

La troupe : Julien DI BATTISTA, Marco CUCCIARE , Malvina DUBRAY-TARTARELLI,Julien DI BATTISTA , Titouan DUCREUX, Alexandre GRANGE DUPUIS, Ruben FESTINO, Brune GIBERT, Chiara IMBERT, Flavien MASSIERA , Fiona MILJKOVIC , Auriane SCIE, Sylvain SUZZONI, Jessie RISSO, Enzo RODRIGUES.